Le Trésor de l'Hospice du Grand-Saint-Bernard

Une maison religieuse répartit habituellement ses trésors en trois lots distincts et complémentaires:

1. le trésor d'église, le plus prestigieux, qui contient ce que l'on peut faire de plus beau afin de servir au culte de Dieu, notre créateur et rédempteur;

2. la bibliothèque, trésor de l'esprit qui permet à l'homme de s'élever en connaissance et en amour;

3. l'argent, qui permet de vivre et d'accueillir le prochain.

Trésor1

Dès l'ouverture de l'Hospice sur le col du Mont Joux par saint Bernard, au milieu du 11ème siècle, nous avons des objets qui servent à la prière, à commencer par un plat de bois qui aurait servi au saint fondateur ainsi que l'anneau dit de saint Bernard. Selon la datation retenue à ce jour, il daterait du 11ème siècle. D'or massif, il est ouvragé aux extrémités en forme de serpent et est orné d'un cabochon de saphir de forme ovoïde, fixé à l'anneau par quatre griffes en croix. De manière documentée depuis le début du 15ème siècle, cet anneau est remis à chaque nouveau prévôt lors de sa bénédiction abbatiale.

Trésor2

Resté pendant des siècles dans les armoires de l'église abbatiale et de la sacristie, le trésor s'est progressivement agrandi, dès le premier inventaire réalisé en 1419. Avec le temps, chaque génération a enrichi le trésor de pièces exprimant sa piété: buste reliquaire roman de saint Bernard, chauffe-main roman, croix processionnelle byzantine, croix processionnelle calices et reliquaires gothiques, puis baroques... Mentionnons quelques reliques insignes: une épine de la couronne du Christ, offerte en 1397, un minuscule fragment de la croix du Christ, quelques ossements de saint Nicolas de Mire, saint Augustin, saint Bernard de Menthon (d'Aoste ou de Mont Joux) fondateur de l'hospice vers 1050, sainte Marie-Madeleine, saint Etienne, saint Laurent, saint Maurice et ses compagnons, saint François de Sales, sainte Perpétue, sainte Maria Goretti, saint Pie X et tant d'autres.

Trésor3

Depuis 1992, le trésor est exposé à la vénération des fidèles. Les chrétiens peuvent y entrer pour se recueillir, les passants et touristes peuvent visiter ces objets liturgiques qui ont servi et qui servent encore aujourd'hui à l'adoration et à la louange de Dieu dans la célébration de l'Eucharistie.

Trésor4