Estampes

Congrégation du Gd-St-Bernard / Documents

Les Estampes

À l’origine, le terme "estampe" désignait le résultat de l’impression d’une planche gravée, en bois ou en métal, le mot dérivant de l'italien stampa ou stampare qui signifie imprimer. C’est à Anvers que Jérôme Cock crée, vers 1550, la première grande entreprise d’édition d’estampe.
L’estampe est définie comme originale lorsque l’élément imprimant (planche en bois, plaque de métal, pierre lithographique...) a été réalisée par l’artiste. Lorsque c'est un homme de métier qui grave un support d'après l'oeuvre d'un artiste, c'est une estampe d’interprétation.


Une collection de 668 estampes et gravures (dont 203 doubles) enrichit le patrimoine écrit du Grand-Saint-Bernard. Elles remontent jusqu’à la fin du 18e siècle, mais l’écrasante majorité d’entre-elles datent du 19e siècle et présentent des vues de l’hospice du Grand-Saint-Bernard et de ses alentours. Les estampes d’autres lieux, de personnages et de membres de familles régnantes sont en principe des dons de voyageurs.

Les estampes ont été classées (1992-2001) par Mr. Jacques Clerc, ancien conservateur du musée de l'hospice du Gd-St-Bernard. Elles ont été photographiées et elles sont consultables dans deux albums :
1) Estampes concernant les hospices du Grand-Saint-Bernard et du Simplon
2) Estampes à sujets divers

Toute reproduction est interdite